La sophrologie

La sophrologie est une thérapie douce basée sur l'écoute, sur des techniques de relaxation ou de visualisation qui permettent d'agir sur les états de la conscience. Cette approche active et personnelle permet une meilleure connaissance de soi et de "positiver" dans la vie quotidienne. Elle contribue à apporter une plus grande confiance en soi, à développer son harmonie personnelle, son autonomie. Elle permet de retrouver des motivations positives, de stimuler sa créativité. C'est une façon de  dépasser ses blocages et tensions intimes en  développant ses propres potentialités.

C'est la  méthode de "gestion du stress" par excellence. Grâce à ses techniques, la sophrologie apprend à gérer confortablement des situations de stress en quelques séances.  Accompagné par le sophrologue et avec l'aide d'exercices variés, la technique sophrologique est une aide indéniable pour surmonter les épreuves et les moments difficiles de la vie (deuil, état dépressif, angoisse, phobies...). Elle vous accompagne pour préparer positivement des moments clefs (examens, entretien, accouchement, compétitions sportives, prise de parole en public...).

La sophrologie est largement utilisée par les hommes politiques, les sportifs de haut niveau, les entreprises pour développer leur potentiel humain...Elle permet d'apprendre à avoir du recul par rapport aux personnes, aux évènements améliorant ainsi la confiance en soi. Ses techniques, notamment respiratoires ou de relaxation, sont très prisées par les femmes enceintes ou pour lutter contre les insomnies.

Chaque séance s'articule en trois temps et selon l'objectif à atteindre peut s'étaler sur plusieurs séances.

Le premier temps est un dialogue entre le sophrologue et le patient. Puis, le sophrologue vous indique une série d'exercices  spécifiques à réaliser  (exercices respiratoires, exercices de relaxation, techniques de visualisation...) et enfin, le dernier temps est de nouveau un dialogue entre le sophrologue et le patient restituant le "ressenti" de la séance (analyse sophrologique).


La sophrologie s'adresse à tous : enfants, adolescents, adultes, séniors. Si vous souffrez de troubles de la santé importants, veuillez vous adresser prioritairement à votre thérapeute.

Gérer le stress

La sophrologie est une méthode de relaxation et de prise de conscience de ses potentialités. Elle se fonde sur l'apprentissage de la respiration abdominale, la relaxation musculaire et des techniques de visualisation. Un entraînement avec un sophrologue est nécessaire, puis l'individu devient rapidement autonome et va acquérir des techniques et des gestes réflexes simples à ré-utiliser dans sa vie de tous les jours.

Ces exercices de sophrologie pratiqués régulièrement permettent de se relaxer, de se détendre et d'évacuer toutes les tenions, qu'elles soient physiques ou psychiques. Ils contribuent à développer une attitude positive au quotidien en permettant de se recentrer, de canaliser efficacement son énergie.

Très efficace contre le stress la sophrologie vous apprend à écouter votre corps et à maitriser votre respiration. Le travail de visualisation positive sur un événement ou une situation angoissante peut aussi vous aider à relativiser et prendre de la distance. Pour relâcher les tensions, le training autogène de Schultz, est particulièrement recommandé. Cet exercice basé sur la recherche de sensations de pesanteur et de chaleur dans le corps apporte une profonde détente.

Exemple de gestion de stress face à un rendez-vous à venir.

La sophrologie va se servir du pouvoir du mental et de l'imagination comme outil d'évolution. Lors de séances de relaxation, installé dans un endroit tranquille et avec l'aide du sophrologue vous plongez dans un « état de conscience modifié », situé entre la veille et le sommeil. Vous respirez amplement, de façon régulière et vous visualisez, par exemple, un rendez-vous professionnel important. Vous passez tout en revue : l'éclairage de la pièce, les bruits ambiants, l'atmosphère, la gestuelle de votre interlocuteur. Et surtout vous imaginez une situation positive. Vous voyez cet entretien se dérouler à merveille, se conclure par un accord optimal. Vous vous programmez pour la réussite. Cet état particulier, également appelé « sophro-liminal », vous permet d'arriver beaucoup plus détendu le jour J, car vous aurez libéré vos tensions en amont, lors de vos séances de relaxation.

Les apports de la sophrologie sont multiples selon les objectifs à atteindre.

Cette discipline permet d'être plus à l'écoute des messages du corps.

- Plus attentif à vous-même, vous êtes davantage ancré dans le présent. Cela décuple vos capacités d'assimilation, de concentration et de mémorisation.

- « La sophrologie modifie votre tonus musculaire et l'activité de votre système neurovégétatif ». Du coup, vous récupérez plus vite et dormez mieux. Votre créativité se développe chaque jour davantage.

- Au fil des séances, vous vous reprogrammez positivement. Et vous constatez que vos éternelles ruminations mentales (« je suis médiocre, pas à la hauteur, tous les autres sont meilleurs que moi») diminuent de façon imperceptible. Une nouvelle façon de voir la vie va s'ouvrir à vous.

Le stress : définition

Le stress (en anglais pression émotionnelle, de l'ancien français destresse), ou syndrome général d'adaptation, est l'ensemble des réponses d'un organisme soumis à des pressions ou contraintes de la part de son environnement. Dans le langage courant, on parle de stress positif (eustress en anglais) ou négatif (distress).

La notion de stress a été introduite par l'endoctrinologue Hans Selye, qui publie en 1956 "The stress of life" (Le Stress de la vie). Il y décrit le mécanisme du syndrome d'adaptation, c'est-à-dire l’ensemble des modifications qui permettent à un organisme de supporter les conséquences d’un traumatisme naturel ou opératoire.

Un événement stressant provoque une réaction en chaîne qui débute dans le cerveau et aboutit à la production de cortisol par les glandes surrénales. Le cortisol active alors en retour deux zones du cerveau : le cortex cérébral pour qu'il réagisse au stimulus stressant (fuite, attaque, immobilisation...) et l'hippocampe, qui va apaiser la réaction. Si le stress est trop fort ou prolongé, l'hippocampe saturé de cortisol ne peut plus assurer la régulation. Le cortisol envahit le cerveau et installe une dépression.

D'après lui, le syndrome de stress évolue en suivant trois stades successifs:

  1. « Réaction d'alarme » : les forces de défense sont mobilisées
  2. « Stade de résistance » : adaptation à l'agent stressant
  3. « Stade d'épuisement » : inexorablement atteint si l'agent stressant est suffisamment puissant et agit longtemps

Quelle pression engendre le stress?

La pression psychique nécessaire pour engendrer le stress est une réaction psycho-physiologique devant une urgence. Trois genres de causes peuvent provoquer cette réaction d'urgence:

  1. les changements rapides, (positifs ou négatifs),
  2. les menaces ou les dangers que nous rencontrons (objectivement fondés ou non) et
  3. notre impression (justifiée ou non) d'avoir à réagir rapidement à la situation.

Lorsque nous sommes dans une situation d'urgence, notre organisme se mobilise intensément pour être capable d'y faire face adéquatement. C'est la sécrétion d'adrénaline qui permet de rendre instantanément disponibles les ressources de notre organisme. Elle augmente l'acuité de nos sens et de nos perceptions, la rapidité de nos réflexes et la force de nos muscles.

La réaction naturelle

La suite normale à cette violente mobilisation générale est une action vigoureuse qui utilise les ressources rendues disponibles par la décharge d'adrénaline. Selon la situation et les décisions que nous prenons sur le moment, cette action est une fuite ou un combat: on agit pour éviter le danger qui nous menace ou pour combattre l'obstacle qui se dresse devant nous.

L'action vigoureuse rétablit l'équilibre psycho-physiologique et entraîne une sensation de bien-être et de satisfaction. Subjectivement, on éprouve un plaisir lié à l'intensité de ce que nous avons vécu. La fatigue et le besoin de récupérer apparaissent naturellement ensuite pour compléter le cycle. On ressent alors ce qu'on appelle une "bonne fatigue".

Dans la mesure où ces suites naturelles peuvent avoir lieu, le stress chronique destructeur est impossible. On parle alors de stress positif ou, plus communément, d'une vie excitante! Certaines personnes deviennent même "accrochées" à l'adrénaline: ces moments de mobilisation intense accompagnée de peur et d'action vigoureuse deviennent leur principale façon de se sentir vivantes. C'est, par exemple, une dimension importante de la passion du jeu ou de la pratique des sports extrêmes.

Par contre, si le passage à l'action n'a pas lieu, les risques de souffrir de stress augmentent considérablement. C'est alors qu'on peut parler d'une gestion inadéquate de la pression. Une seule expérience ne suffit pas à engendrer un stress chronique: il faut une répétition fréquente de cette pression mal gérée.

Auto relaxation

L'auto-relaxation:

Tous les soirs, s'auto-relaxer au moins 10 minutes, permet d'évacuer les tensions, se vider la tête, apaiser le mental. On s'isole (dans le bain, dans la chambre) et on fixe son attention sur un objet en respirant calmement. On approfondit sa respiration en la faisant devenir abdominale et ample. On laisse simplement son ventre se gonfler et se dégonfler.. On inspire par le nez en gonflant son ventre et on expire par la bouche en laissant son ventre se creuser. On peut donner une couleur à l'air que l'on respire pour le visualiser et suivre plus facilement le trajet de l'air.. A chaque expiration, on se débarrasse des tensions, du stress, de tout ce qui nous gêne.. Cet exercice trés simple et vraiment efficace peut se pratiquer à n'importe quel moment de la journée et en particulier avant tout évènement stressant.

Le stress au travail

Le stress « survient lorsqu'il y a déséquilibre entre la perception qu'une personne a des contraintes que lui impose son environnement et la perception qu'elle a de ses propres ressources pour y faire face. Bien que le processus d'évaluation des contraintes et des ressources soit d'ordre psychologique, les effets du stress ne sont pas uniquement de nature psychologique. Il affecte également la santé physique, le bien-être et la productivité ».

On retrouve dans cette définition trois notions importantes :

• les facteurs de stress, c’est-à-dire des situations de travail contraignantes qui vont favoriser l’apparition de l’état de stress,
• la personne qui va réagir à ce qui lui pose problème, à la fois avec son corps et son psychisme,
• et les effets observables sur les comportements ou la santé de la personne et sur l'entreprise, si la situation concerne un nombre important de salariés.

Environ 20 % des salariés européens estiment que leur santé est affectée par des problèmes de stress au travail, ce qui en fait l’un des principaux problèmes de santé au travail déclaré, derrière les maux de dos, les troubles musculosquelettiques et la fatigue (selon la dernière enquête de la Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de travail). Le phénomène n’épargne plus aucun secteur d’activité.

Le stress doit devenir une préoccupation pour l’entreprise dès lors que les plaintes de « mal-être » au travail se multiplient et quand les facteurs qui en sont à l’origine sont liés au travail (intensification du travail, pressions multiples, exigences de la clientèle...). Le stress n’est pas, dans ce cas, le révélateur de fragilités individuelles mais la manifestation de dysfonctionnements plus généraux dans l’entreprise.

La prévention du stress s’inscrit dans le cadre général de la prévention des risques professionnels. Le chef d’entreprise doit veiller à protéger la santé et la sécurité physique et mentale de ses salariés au travail. C’est une obligation de résultat. Et comme pour les autres risques professionnels, l’approche du stress au travail doit donner lieu à une évaluation et à un programme de prévention.

La priorité doit être de promouvoir au sein des entreprises des modes d’organisation qui n’altèrent pas la santé physique et mentale des salariés. Les actions de prévention collective du stress au travail sont à privilégier car elles sont plus efficaces dans le temps. Elles consistent à réduire les sources de stress en agissant directement sur l'organisation, les conditions de travail, les relations sociales de travail, le poste de travail...

D’autres types d’interventions existent. Ils visent à renforcer la résistance individuelle des salariés à des situations de travail potentiellement stressantes pour eux : gestion individuelle du stress, formation à la gestion des conflits…